SECTEUR DE JANVILLE

 

Auparavant il existait un syndicat regroupant les communes du Puiset, Janville et de Toury qui avait mis en place une interconnexion depuis les années 90.

Au nord de la communauté de communes, il existe un autre syndicat de la région de Baudreville regroupant 5 communes de la communauté de communes, et des communes du secteur d’Auneau, qui sont également interconnectées.

Le problème sur le secteur est la qualité de la ressources en eau, et de mettre en service des forages de qualité et de quantité suffisante.

Aujourd’hui, au Puiset, trois forages sont équipés et deux sont en fonction avec une station de pompage avec chloration et déferrisation.

Le conseil départemental a mené un certain nombre de sondages pour des forages test (Trancrainville, Santilly) et deux sont concluants dans le Bois Lambert à Toury.

Le projet d’interconnexion de la Communauté de Communes a été subdivisé en 4 tranches au vu des montants de travaux estimés – 6 M d’ € afin d’interconnecter 10 communes : Allaines-Mervilliers, Guilleville, Trancrainville, Fresnay L’Evêque, Neuvy-en-Beauce, Rouvray-Saint-Denis, Poinville, Santilly, Barmainville, Oinville-Saint-Liphard et le but de l’opération est la sécurisation de l’interconnexion existante avec la mise en service des forages du Bois Lambert pour l’ensemble des communes y compris Toury, Janville, Le Puiset.

La première tranche de travaux

1ère tranche des travaux d'interconnexion

1ère tranche des travaux d’interconnexion

Elle relie la station de pompage du Puiset au château d’eau d’Allaines puis celui de Guilleville est terminée, mise en route en septembre 2015. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise CISE TP, avec le déploiement de 7.6 kms de canalisations en PEHD ( pourquoi ce choix par rapport à la fonte : éviter les courants vagabonds, faciliter de déploiement, moins de cassures…)… le système de fonctionnement de l’interconnexion est le suivant : une station de pompage au Puiset avec des pompes de forage, quand le niveau du château d’eau baisse, un signal est émis à la station et les pompes envoient de l’eau dans la canalisation après traitement bien sûr, au château d’eau (réserve de 24h en moyenne). Une bâche existe aussi à la station pour faire une réserve de secours. La maintenance de la station de pompage est assurée par VEOLIA avec un contrat (astreintes…).

Le coût définitif de travaux est de 1 095 000 € HT, ils sont financés par l’agence de l’eau Loire Bretagne (30 %) , l’ETAT (30 %) et le Département ( 6%) et une participation du SMO « Eure et Loir Numérique » pour lequel il est déployé les fourreaux pour le déploiement de la fibre optique.

Le reste à charge est financé par un emprunt sur 20 ans.

Ce coût de travaux a été optimisé grâce à l’autorisation de propriétaires sans dédommagement, pour le passage dans leurs parcelles afin de rationaliser le tracé.

Un grand merci à eux.

La communauté de communes a indemnisé les exploitants pour les pertes de cultures engendrés par les travaux.

Il faut savoir que les financements sont conditionnés à un taux de rendement de réseau de distribution de 75%, à un prix minimum de vente de l’eau par les communes (1.50 €/m3 toutes taxes comprises) et également au comblement des forages communaux, qui ne seront plus utilisés dans le cadre de l’interconnexion.

Ces travaux sont comptabilisés dans un budget annexe de la communauté de communes qui doit s’équilibrer seul avec la vente des volumes d’eau aux communes.

La deuxième tranche de travaux

2ème tranche des travaux d'interconnexion

2ème tranche des travaux d’interconnexion

Elle a pour objet de relier le CE de Guilleville à celui de Fresnay L’Evêque, et de Janville au CE de Oinville-Saint-Liphard puis à celui de Barmainville. Les travaux sont réalisés par le groupement d’entreprise BSTP / SARC.

Le coût de travaux estimé est de 1 443 638 €  HT (8.6 kms de canalisation à déployer).

Financement par les deux agences de l’eau sachant que le taux agence Loire Bretagne est revalorisé à 35 %, l’Agence de l’Eau Seine Normandie intervient uniquement pour le déploiement sur le territoire de Barmainville (limites communales) avec un taux de 40 % , et  le conseil départemental d’Eure et Loir.

La durée de travaux est estimée à 6 mois.

Idem convention avec le SMO Eure et Loir numérique pour le déploiement de fourreaux pour la fibre.

 

 

 

La troisième tranche de travaux

Elle sera lancée à l’automne 2016, et sera l’objet de la mise en service des deux forages du Bois Lambert à Toury. Ces ouvrages sont rétrocédés par le conseil départemental à titre gratuit.

Aujourd’hui, un hydrogéologue agrée est mandaté par l’Agence Régionale de Santé pour mener à bien la procédure qui va amener vers un périmètre de protection autour de ses forages, d’ailleurs comme le sont ceux du Puiset.

Les forages sont aujourd’hui sur un terrain qui appartient à la mairie de Toury, une cession payante va se faire prochainement.

Cette 3ème tranche permettra de raccorder également les CE de Trancrainville, puis de Neuvy-en-Beauce.

La consultation des entreprises s’est déroulée en mai 2016.

La quatrième tranche de travaux

Elle restera à réaliser en 2017, pour relier les communes de Poinville et de Santilly et selon Rouvray-Saint-Denis, car aujourd’hui la commune a bloqué son diagnostic du réseau d’eau communal.

L’objectif final est de produire une eau ne dépassant pas les 0.60 €/m3, car à ce prix se rajoutent, le coût de la distribution, les taxes, la location de compteur…

Parallèlement à ce dossier d’interconnexion, un des forages du Puiset est dit « prioritaire » incidence du grenelle de l’environnement. Une liste de captages en eau potable a été établie dans chaque département sur lesquels doivent être menées des actions volontaristes de reconquête de la qualité de l’eau

Malgré que les forages du Puiset ont un périmètre de protection (DUP), vient se rajouter l’outil du forage prioritaire et il vise à lutter contre des pollutions pour lesquelles ce dispositif réglementaire (obligatoire depuis 1964 pour les nouveaux captages et depuis 1997 pour tous les captages), n’est pas pleinement efficace, voire inadapté.

Ce qui nous entraîne une étude de délimitation du bassin d’alimentation des captages, que nous devons lancer très prochainement, c’est une conditionnalité du versement du solde des financements

Aujourd’hui, les travaux liés à l’interconnexion ne sont pas visibles pour la population mais représentent des investissements importants pour la collectivité et pour l’avenir des habitants du territoire, et le développement du territoire.

Avec la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la REpublique), des évolutions sur la gestion de la compétence vont arriver, les communes au plus tard en 2020 n’auront plus la compétence distribution en eau potable et pour celles qui l’ont, elles n’auront plus la compétence assainissement collectif.

Tout sera communautaire.

 

 

 

 

SECTEUR DES VILLAGES VOVÉENS

Les chantiers d’interconnexion sur le secteur des Villages Vovéens représentent un montant de 4 786 617 euros HT qui comprend la station, les travaux de forages et les canalisations.

Du fait de la qualité non conforme des eaux sur les captages alimentant la plupart de ses communes membres, la Communauté de Communes s’est lancée dans un vaste programme d’interconnexion des réseaux d’adduction qui a pour objectif de fournir une eau de qualité à tous ses habitants.

Tous ces ouvrages se situent sur les parcelles du bois cagnard et des moutons.

 

La 1ère tranche des travaux

Une première tranche se décomposait en plusieurs parties. Il fallait entre autres :

 

  • Créer un double forage à Moutiers en Beauce d’un débit théorique d’exploitation de 60 à 70 m3/h (forages F1 et F3 fonctionnant en alternance) – soit un volume journalier max de 1 400 m3/j – soit un volume annuel max de 511 000 m3/ an
  • Créer une bâche de 900 m3,
  • Créer un surpresseur composé de 6 pompes de 58 m3/h chacune
  • Créer une unité de traitement du fer,
  • Mettre en place un groupe électrogène,
  • Créer un réseau de canalisations d’environ 22 km,
  • Créer des ouvrages de livraisons au niveau : du château d’eau de Beauvilliers, de Boisville la Saint Père, de Moutiers en Beauce, de Prasville (secours), et de Voves et du hameau de Chevannes (distribution directe).

La capacité de production de la tranche 1 ne permet pas d’alimenter Prasville de façon permanente, c’est pourquoi la commune utilise encore son captage et peut utiliser l’eau intercommunale pour du secours ou de la dilution.

 

La deuxième tranche des travaux

 

Cette tranche a pour objet :

  • D’équiper les deux forages localisés à Prasville,
  • De construire une nouvelle unité de traitement en extension du bâtiment existant,
  • De réaliser en plus le raccordement de la commune d’Ymonville qui est une des communes dont l’eau est la plus dégradée en qualité.

 

Enfin, une tranche 3 est également en cours d’études, elle a pour objectif cette fois-ci d’alimenter en eau les communes de Villeau, Fains la Folie, Reclainville et Louville la Chenard.

 

D’autres tranches de travaux seront menées dans les prochaines années : la Tranche 4, qui concernera les Villages Vovéens, Boncé et Villars, et la tranche 5 qui concernera cette fois-ci Viabon, Ymonville (Hameau de Mérouvilliers) et Baignolet.

Partager cette page sur :