Du 07 juillet au 15 septembre 2018


Il était une fois… un Roi, veuf, qui, songeant à se remarier, veut épouser sa fille. Heureusement, l’ombre de la Reine veille sur la Princesse qui trouve un allié dans le Maître de musique du Palais. Un banquet se prépare. Tout le monde est convié à la noce. Les parents, les amis, le passé, le présent, le futur… les bouteilles qui se cassent avant d’être bues, le rire, les larmes, la joie, mais aussi la douleur… une nouvelle naissance.
Dans le texte d’Anca Visdei le conte de Charles Perrault est sublimé. Nous rentrons pleinement dans une compréhension viscérale et charnelle de chaque personnage. Nous sommes à la fois dans la comédie et dans la tragédie. La comédie humaine est pleinement là. Nous comprenons les relations entre chaque être. Nous comprenons ce qu’il y a de tragique dans la naissance. Enfanter… ce n’est pas rien. Tant du point de vue corporel que du point de vue psychologique. Comment faire grandir l’autre ? Comment l’aimer ? Comment s’en détacher ? Dans ce texte la place du père est aussi essentielle que celle de la fille et pour que celle-ci puisse continuer son chemin, alors la mère doit laisser le père seul face à sa fille. Chaque personnage a sa propre identité. Mais au-delà des personnages Emmanuel Ray réalise aussi, comme il aime le faire, un travail de chœur, permettant de souligner la responsabilité collective du crime qui peut être commis à n’importe quel moment.
Une mise en scène troublante et intense, à ne pas manquer !

Partager cette page sur :